photo-ometepe

Nicaragua 2017

Le projet

Le projet Nicaragua 2017 a pour objectif de de mettre à profit les compétences de volontaires internationaux pour développer l’éducation, le tourisme éthique, l’entrepreneuriat et les initiatives à forte valeur sociale et économique

Notre objectif

Miser sur l’apprentissage de l’anglais permet aux habitants de développer des compétences qui leur permettront de s’ouvrir au monde et de travailler dans des secteurs valorisants tels que le tourisme, fortement présent dans la région.

L’équipe

Plusieurs volontaires se rendent sur place pour enseigner, rire et partager avec les familles du groupe Hermanas de la Luna

Financement 

Ce projet est financé grâce aux récoltes de fonds organisées par les volontaires qui partent en mission (activités de financement, concerts, ventes, campagnes de dons). Merci pour votre soutien !

Les dernières nouvelles de la mission :

21-042017

Témoignage de Carole et Manu

par Nicolas Sanchez

Voir toutes les nouvelles sur le blogue
Alice SETTIN

Alice Settin

Alice Setin est actuellement étudiante à Grenoble Ecole de Management et a décidé de consacrer son été à une mission de volontariat au Nicaragua. Cela fait longtemps qu’elle a ce projet en tête et grâce à AIME, elle va pouvoir le réaliser.

Carol et Manu

Carole Bank & Manuel Meyer

Dans le cadre du projet au Nicaragua avec Las Hermanas de la Luna, Carole et Manuel vont donner des cours d’anglais et de couture.

Gaspard

Gaspard Weba Laplaine

Dans le cadre d’un master en développement international et mondialisation, Gaspard a rejoint AIME et sa mission au Nicaragua en Février 2017 pour un stage de 5 mois.

NICOLAS

Nicolas

Nicolas est étudiant en Master à Sciences Po à Paris. Il a aimé s’investir, à son échelle, dans des actions solidaires ces dernières années (membre des Scouts et Guides de France, de plusieurs associations étudiantes à but social). Il fera partie des volontaires de la mission d’AIME au Nicaragua pour l’été 2017 afin de soutenir le développement économique des communautés d’Ometepe d’une part, mais également pour y faire des rencontres, échanger et découvrir la culture nicaraguayenne et ainsi retourner en France avec un nouveau regard sur cette belle région qu’il ne connaît pas.