Ok

Voir ce qu'il se passe
cette année !
Intro thailande 2012

thailande

Le premier projet de AIME a été mis en place en Thaïlande, dans la ville de Mae Sot. Nous soutenons l’éducation des réfugiés birmans et Karen, en donnant des à des cours d’anglais de français et de mathématiques, et en organisant des activités d’animation.

Nous avons plusieurs partenaire locaux sur le terrain : SafeHaven Orphenage, SafeHaven Learning Center, Karen Community Center, le centre d’apprentissage « One Dream One World » et l’école BHSOH…

Nous avons également rencontré une étudiante Karen, Wah Lay, âgée de 19 ans à l’époque, et avons mis en place un système de sponsor pour l’accompagner jusqu’à son premier diplôme universitaire reconnu. Elle termine actuellement son cursus pour devenir infirmière.

 

Mae Sot est une ville située dans le Nord de la Thaïlande, à 6 km de la frontière avec la Myanmar (Birmanie).

Mae Sot est composée à 80% de réfugiés birmans et Karen, une ethnie vivant entre le Myanmar et la Thaïlande, revendiquant son indépendance et fortement réprimée par la junte militaire birmane au pouvoir depuis maintenant plus de 15 ans.

Ces familles vivent dans des camps de réfugiés ou dans les villages alentours, et bénéficient souvent de l’aide internationale pour ce qui est de l’éducation et de la santé.

Paix

2010

Juste après la fondation de l’association, nous nous sommes impliqués dans une première mission sur le continent asiatique, en Thaïlande, dans la ville de Mae Sot.

Pendant les mois de Juin et Juillet 2010, trois membres volontaires ont enseigné l’anglais à des réfugiés birmans et partagé la vie d’étudiants de 3 à 18 ans.

Nous avons rencontré une étudiante Karen, Wah Lay, âgée de 19 ans, qui cherche à intégrer une université thaïlandaise et mis en place un système de sponsor pour l’accompagner jusqu’à son premier diplôme universitaire reconnu. Grâce au réseau de AIME, l’opération de son jeune fils, atteint d’une maladie mortelle, a eu lieu en novembre 2010.

Une équipe AIME organise dès maintenant le prochain volet de la mission, avec comme objectifs le soutien à l’éducation et au développement humain des femmes birmanes, ainsi que la pratique de conseil social aux ONG locales pour améliorer leur visibilité, leur efficience et leur coordination.

tumblr_m793wpBA4w1rapn4qo7_1280

Équipe

Laura Souchko profile

Laura Souchko

Diplômée d’HEC Montréal, Laura a participé à la création de AIME. Partie en 2010 pour le premier projet “Help Burmese Refugees” en Thaïlande, elle s’occupe désormais du pôle “projets” et contribue au développement global de l’association.

Picture Mariane

Mariane Behar

Co-fondatrice de AIME, Mariane œuvre au développement et à la gestion de l’association depuis plusieurs années. Elle est partie en mission en Thaïlande et au Panama. Après à son master en Entrepreneuriat à HEC Paris, elle planifie de développer le projet de micro finance au Panama.

Teymour Dantec profile

Teymour Dantec

Diplômé de HEC Montréal, Teymour est, depuis la création de AIME, l’un des moteurs de son développement. Il fait partie du conseil d’administration et incarne le dynamisme de l’association. Il est à l’origine de l’organisation de nombreux évènements à Montréal, notamment les concerts FullMoon.

thailande1

Objectifs

Tout a commencé en septembre 2009, lors de notre rentrée scolaire à HEC Montréal. Nos départs en échange, prévus pour janvier 2010, nous procurent une grande stimulation lors de ce semestre. Quel plaisir de se préparer pour un grand voyage de 6 mois dans un pays où la culture, la religion et la vision de la vie nous sont totalement inconnus !

Nous rendant compte de la chance que nous avons d’être accueillis par un pays tel que la Thaïlande pour une durée si longue, nous commençons à songer à des moyens d’apporter notre contribution à la population de cette terre d’accueil. Mais que faire, par où commencer ?

En naviguant sur les forums Internet et en discutant avec de nombreuses personnes présentes sur place, nous définissons ce qui sera le premier  jet de notre projet humanitaire : à Mae Sot, dans le Nord de la Thaïlande, à 6 km de la frontière avec la Birmanie (maintenant appelée Myanmar) se trouvent de nombreux réfugiés birmans et Karen n’ayant aucun statut légal en Thaïlande. Ne bénéficient pas du système éducatif thaïlandais leur formation se fait dans des « migrant schools », qui sont en réalité des centres d’apprentissage non reconnus officiellement, le plus souvent autogérés par la communauté locale et bénéficiant de l’aide internationale (fonds, matériel, bénévoles).

Pendant les mois de juin et juillet 2010, notre projet se concrétise grâce à la présence sur place de 3 volontaires, étudiants à HEC Montréal. Nous travaillons dans deux écoles et donnons donc des cours d’anglais, les matins aux « petits » et les après-midis aux plus grands.

way la

Réalisations

Lors de l’intervention de 2010 les réalisations effectuées furent :

Activités ludiques pour les enfants
Pour égayer leur quotidien et éveiller leurs esprits, nous avons organisé plusieurs activités avec les plus jeunes (peinture, danse)

Cours d’anglais, maths et français dans les deux écoles partenaires
Les volontaires de AIME ont assuré un soutien aux enfants dans les matières fondamentales : anglais, français, maths, via un plan de cours adapté.

Sponsor d’une jeune étudiante Karen 
Nous avons soutenu une jeune étudiante Karen pour la poursuite de ses études dans une université thaïlandaise. Grâce au réseau de AIME, l’opération de son jeune fils, atteint d’une maladie mortelle, a eu lieu en novembre 2010.

Témoignage thailande laura

Témoignages

Témoignage de Laura

Durant mes vacances scolaires, je suis partie en mission pour AIME à Mae Sot en Thaïlande, donner des cours aux jeunes réfugiés birmans. Ces 2 mois fut tout simplement inoubliables ! Ceci m’a donné une vision de la vie tout autre que nous pouvons avoir, nous, chanceux étudiants d’HEC Montréal. Une expérience humaine inégalable, mais aussi une expérience de véritable gestionnaire, et même visionnaire.

Laura à la cafet

Gestion, pour tout ce qui est des fonds que nous avons du récolter en amont du projet, et visionnaire, pour ce qui est de l’utilisation de l’argent, dans des projets qui en valent la peine sur le long terme.

Comme je l’ai dit, il a fallu tout de même faire un vrai travail avant de partir en mission. Récolter des fonds n’est pas une simple tache ! Mais grâce à une dynamique et un échange permanent avec tous les membres de l’association, je me suis rendu compte que quand on veut, on peut ! Avec un peu d’imagination, de rigueur, et surtout de partage !

élèves

AIME m’a permis de rassembler des valeurs que je n’arrivais pas à trouver au sein des différentes associations d’HEC Montréal. Celles d’humanité, de partage, de tolérance, mais surtout d’action, d’amour et d’ouverture d’esprit ! Aujourd’hui, je suis fière d’avoir participé à la création de cette association, qui a su prendre une vision unique, fondée sur des valeurs à part entière, qui perdure et grandit depuis déjà 2ans !

Témoignage de Teymour

À la fin de ma première année au HEC, j’ai ressenti le besoin de vivre une expérience humaine différente. C’est pourquoi après m’être impliqué dans le développement de AIME au cours de l’année, j’ai voulu participer sur le terrain à une mission humanitaire.

Je suis donc parti au Nord-Ouest de la Thaïlande dans le village de Mae Sot avec d’autres membres de AIME, dans l’optique de donner des cours aux jeunes réfugiés birmans très nombreux dans la région.

atelier peinture copy

Cette expérience fut sans pareille ! C’est un dépaysement total que de se retrouver plongé au sein d’une culture complètement différente et dans des conditions de vie si éloignées de nos habitudes occidentales.

Nous étions hébergés chez une étudiante de notre âge et nous partagions totalement son style de vie : réveil à l’aube, douche au sceau d’eau, fried rice au petit-déjeuner, lessive à la main, moustiques intempestifs… Une fois que l’on est confronté à cela sur une période prolongée, on relativise l’importance de notre confort occidental et on admire chaque jour un peu plus la force de ces gens qui surmontent toutes les difficultés sans se plaindre.

Par ailleurs, il y a toujours énormément d’enseignements à tirer d’une culture différente. Même en voyageant beaucoup, on oublie facilement que notre vécu nous formate quelque part. Par conséquent, se frotter à des mœurs différentes permet une remise en cause personnelle qui selon moi ne peut être que bénéfique.

L’aspect humain de cette expérience a donc été prédominant. Chaque jour nous pouvions observer la solidarité qui unissait ces gens démunis, le courage dont ils faisaient preuve face aux difficultés de la vie mais aussi leur générosité sans égal à notre égard. Se rendre à l’école tous les matins pour retrouver tous les enfants était un véritable plaisir. Chaque matinée, nous étions attendus avec impatience et nous même étions pressés de retrouver nos élèves. Je garde un souvenir très fort des personnes et des enfants rencontrés là-bas.

Mis à part tous ces aspects humains qui m’ont définitivement fait grandir, cette expérience a également été un révélateur car elle m’a permis de voir que tous autant que nous somme, nous pouvons changer le monde. Ce n’est pas une question de budget ou d’efficacité mais d’action.

SONY DSC 

C’est en faisant, même à très petite échelle, que l’on peut faire bouger les choses, changer les mentalités, augmenter le bonheur de ceux qui nous entourent. D’où cette envie, partagée par tous les membres de l’association, de continuer à faire croître AIME afin de permettre à de plus en plus de jeunes étudiants de monter des projets sociaux internationaux leur permettant de s’ouvrir sur le monde tout en participant à le rendre meilleur.

De plus, l’expérience AIME est unique car elle apprend à travailler en groupe dans un environnement international sur une longue période. Monter un projet solide et faire face aux nombreux imprévus inévitables malgré une bonne planification est un exercice extrêmement formateur.

C’est donc une expérience de terrain très riche que je recommanderais à tout étudiant motivé et engagé tant celui-ci a à gagner que ce soit sur le plan humain ou pratique.


 

tumblr_m793wpBA4w1rapn4qo2_1280

2012

Objectifs 2012

Continuer la mission d’éducation en donnant des cours d’anglais à l’école BHSOH

Fournir du matériel scolaire et aider à la rénovation de l’école et des aires de jeux.

Faire du consulting social avec WEAVE, c’est à dire donner une formation commerciale aux femmes Birmanes et un soutien psychologique qui leur permettront d’atteindre plus d’autonomie et d’indépendance.

Faire marcher l’artisanat local en achetant des bijoux locaux (pour une somme de 100 Euros) et les revendre en France et à Montréal.

Mettre en place un programme pour les prochains volontaires : faire des ententes avec les guesthouse et les autres écoles pour développer le projet sur le long terme

Rédiger un guide d’aide pour les volontaires, avec les coûts (nourriture, habitation, moyens de locomotion) et une cartographie regroupant les lieux stratégiques pour AIME.

Projet A.I.M.E (Help Burmese Refugees) from AIME on Vimeo.

Équipe

Eleonore Le Bihan profile

Éléonore Le Bihan

Eleonore s’investi dans l’association depuis Septembre 2011. Elle est partie en Thailande durant l’été 2012 à Mae Sot, avec Victoria, Helena et Pauline. Elle s’occupe actuellement de la reprise du projet Thailande.

Helena Holmi profile

Helena Olmi

Helena, étudiante française de 20 ans, s’est impliquée dans AIME dès sa première année à HEC Montréal afin de lever des fonds pour les futurs projets. L’été suivant, elle a fait partie intégrante de la mission “Help Burmese Refugees” à Mae Sot en Thailande, qui se poursuivra l’été 2013.

Pauline Bertrand profile

Pauline Bertrand

Pauline est étudiante aux HEC et fait partie de AIME depuis 2010. Après avoir participé activement aux activités de financement de l’association, elle est partie en mission à Mae Sot, en Thailande, à l’été 2012.

Victoria Anjot profile

Victoria Anjot

Victoria est étudiante aux HEC et fait partie de AIME depuis 2010. Après avoir participé activement aux activités de financement de l’association, elle est partie en mission à Mae Sot, en Thailande, à l’été 2012.

témoignage thailande 2012 AIME

Témoignage

La mission en Thaïlande avance, cela fait maintenant 15 jours que nous sommes à Mae Sot.

Le matin nous donnons des cours à BHSOH “Boarding High School for Orphans and Helpless Youth”. Cette école accueille plus de 300 élèves, dont 60 pensionnaires, du jardin d’enfant à la terminale. Les élèves viennent principalement de Birmanie et de Thaïlande, on y observe donc différentes ethnies (Chin, Karen, Kachin, Shan, etc…) et donc différents langages. L’école met tous les moyens à disposition des élèves dans l’espoir de leur donner un enseignement suffisant pour qu’ils puissent un jour aller à l’université et obtenir une carte d’étude thaï. Celle-ci est très importante pour les réfugiés, elle leur donne un statut en Thaïlande, une preuve de leur existence, et surtout un espoir pour leur futur et celui de leur famille.

Témoignage 2012 thailande photo

Témoignage 2012 thailande photo

L’après midi nous travaillons pour WEAVE (Women’s Education for Advancement and Empowerment). Cette ONG vise à réduire la vulnérabilité des femmes birmanes réfugiées et les rendre financièrement indépendante en vendant les produits qu’elles tissent de manière traditionnelle directement de leur “maison” dans les camps. Ainsi, ces femmes peuvent élever leurs enfants sans se soucier des pressions extérieures (violences conjugales, problèmes financiers, malnutrition…). WEAVE donne ainsi un sens à leur vie et leur assure une réelle sécurité. Nous nous occupons de leur marketing, nous organisons un évènement de récolte de fonds, et les aidons dans toutes autres taches grâce à notre point de vue occidental qui correspond à celui de leurs clients.

Le week end dernier nous avons visité le plus grand camps de réfugiés de Thaïlande : Mae La. Celui-ci accueille plus de 50 000 réfugiés ! Nous côtoyions déjà des Birmans à Mae Sot mais ceux-ci restent privilégiés et possèdent en général un permis de travail qui leur permet une sécurité minimale. Cette visite nous a permis de réaliser encore davantage les conditions, plus que précaires, dans lesquelles vivent les réfugiés. Pourtant, malgré cette pauvreté et souffrance, nous sommes encore une fois témoins de leur immense générosité. Nous avons été accueillis par la communauté adventiste et avons partagé un repas, installés comme des invités d’honneur, entre les deux pasteurs.
thai (5 sur 6)

Notre plus grande chance ici est de vivre tous les jours auprès de Wah Lay, une réfugiée Birmane, ancienne étudiante de BHSOH, et maintenant notre amie. Grace à elle nous avons pu comprendre énormément sur les conditions des réfugiés. Wah Lay a 23 ans et déjà plein de projets pour l’avenir. Pour le moment elle étudie dans une école d’infermière ce qui lui permet de détenir la fameuse carte d’étude thaï.

KNCC1

2015

Objectifs 2015

Cette année, 7 volontaires et stagiaires de l’association AIME se rendent dans le Nord de la Thaïlande pour venir en soutien à des réfugiés birmans et des minorités Karen. Ils travailleront notamment dans deux centres d’apprentissages des alentours de la ville de Mae Sot, dans l’orphelinat Safe Haven et dans une école du village de Mae Sape Tai.

Ils seront accueillis dans des familles d’accueil, dans des auberges ou directement dans les structures partenaires.

Cours d’anglais, ateliers d’animation avec les enfants et étude de faisabilité pour la construction d’un orphelinat local sont autant de missions qui seront réalisées par l’équipe.

KNCC3

Équipe

photoflore

Flore Faveyrial

Après une licence de psychologie et actuellement en formation d’éducateur spécialisé en Normandie, Flore souhaite par la suite travailler dans le champ de la protection de l’enfance et plus spécifiquement dans l’humanitaire. Motivée et dynamique elle fera tout pour poser des sourires sur des visages d’enfants.

hugologan

Hugo Logan

21 ans, étudiant en école de commerce extraverti et aventurier, désireux de se changer les idées et de donner de son temps pour une bonne cause. L’envie d’aider ceux qui en ont besoin et aussi de pouvoir apprendre d’un style de vie différent auprès d’une culture autre.

lindsay

Lindsay Hooghe

Lindsay, traductrice de formation, est revenue d’une mission humanitaire aux Philippines métamorphosée. A Manille, elle animait des activités auprès d’enfants des rues enfermés dans un centre, qui se disait, « d’accueil ». Elle y a compris le vrai sens de la liberté. Aujourd’hui, elle a pour projet de semer une graine là où l’eau lui permettra de pousser.

KNCC2

Témoignage

Témoignage de Laurie

MAE SAPE TAI … pour beaucoup ce nom n’évoquera pas grand chose. Un énième sigle ne voulant rien dire ? Chouette une nouvelle recette ? Une créature légendaire ? Bé non, un petit village Thailandais , presque au nord, presque à la frontière de la Birmanie, presque prêt de Mae Hong Son. En bref un endroit que l’on pourrait aisément ne jamais trouver mais qui par sa beauté et l’extraordinaire gentillesse de ses habitants évoquera bien de jolis souvenirs à ceux qui auront eu la chance d’y passer.

Bangkok son agitation, sa fourmilière, ses odeurs, son trop… 13h de bus plus tard me voilà déposée au milieu de rien, 7h du matin, les yeux qui collent encore, un peu désorientée … c’est agréable, la bonne odeur d’une sacrée aventure pointe le bout de son nez! Andy ne va pas tarder à arriver, tiens le voilà d’ailleurs, en scooter. Un gros sac un petit sac Andy, moi … ca passe. Robuste la bête. En avant !!! C’est que ça roule vite ces choses là.

lauriethailande

Une demi heure de route, 3 thés, 25 « tableu » (bonjour) et une multitude de sourires et rires plus tard me voilà installée. Le matelas de Patti et Mugga (malgré ma vaine tentative de refus), une moustiquaire, ce que l’on pourrait appeler une véranda sans fenêtre, ainsi qu’un petit vent chasseur de moustiques feront office d’hôtel 5 étoiles ( si ce n’est pas 6 ) pour les 3 semaines qui suivront.

Lire le témoignage entier

12923095_10153284930941707_6603725893089647918_n

2016

Toujours en nombreux partenariats, AIME ne cesse d’envoyer des volontaires en Thaïlande, que ce soit au Safe Haven Learning Center, à Thoo Mweh Khee ou au KnCC !

13043394_10153340717286707_5726375978988082363_n

Equipe

Capture d’écran 2016-04-05 à 11.08.35

Axelle Toupin

Etudiante en école de commerce à l’EM Normandie, Axelle est actuellement stagiaire au sein de l’Association AIME, en tant que coordinatrice des missions internationales. Son goût d’aventures et son envie de partager, l’emmèneront en mission sur le terrain, en Thaïlande, lors de l’été 2016.

chloe viel

Chloé Viel

Juriste spécialisée dans la défense des droits de l’homme, Chloé est aujourd’hui globe trotteuse. Lors de ses aventures autour du monde, elle tente d’apporter son expérience et son énergie sur le terrain en s’associant à des projets humanitaires locaux. Au mois de juillet 2016, ce sera en Thaïlande.

else souchard

Else Souchard

Après plusieurs années d’expérience professionnelle en RH, Else a choisi de réaliser l’un de ses rêves : partir en mission humanitaire en Asie, région qu’elle affectionne particulièrement. Par le biais de l’association AIME, elle a passé 6 mois en Thaïlande, où sa mission principale a été d’enseigner l’anglais. Cette mission est la première étape d’une reconversion professionnelle !

jeremy westeel

Jérémy Westeel

Etudiant en école de commerce à Neoma Business School Reims, Jérémy est actuellement bénévole au sein de l’association AIME, au pôle humanitaire. Sa curiosité, son sens du partage et sa générosité l’emmèneront en mission sur le terrain lors du mois d’Aout 2016 en Thaïlande.

julia

Julia Castaing

Etudiante en communication et tourisme à La Rochelle, Julia souhaite mettre sa générosité aux services des autres. Elle sera en mission à Safe Haven Learning Center pendant l’été 2016 pour tenter de donner un quotidien plus agréable aux enfants et les voir sourire.

juliette deschamps

Juliette Deschamps

Etudiante en Gestion des Ressources Humaines à la HENALLUX en Belgique, Juliette est actuellement stagiaire au sein de Thriev Ltd. à Londres en tant que RH. Son envie de découverte et de donner, lui donne une réelle volonté de s’investir dans un projet humanitaire tel que celui en Thaïlande en Août 2016.

leontine

Léontine Gros-Gean

Attachée au service presse et communication du ministère des affaires étrangères à Bruxelles, Léontine a étudié les sciences politiques et relations internationales. Son goût de l’aventure, de voyages et ses anciennes expériences dans l’Humanitaire, l’emmèneront en mission sur le terrain, en Thaïlande, lors de l’été 2016.

lucille jugé

Lucille Jugé

Tout juste arrivée à la fin de son cursus EDHEC en Master en Marketing, elle part en mission en Thaïlande lors de l’été 2016 pour vivre une expérience hors du commun avant de commencer sa vie professionnelle

philippine leleu

Philippine Leleu

Philippine étudie en école de commerce à Néoma Business School Reims ou elle fait partie de l’association AIME de l’école en pôle communication. Actuellement chef scout sur laon, elle a envie de donner de sa personne tout en faisant de nouvelle rencontre et en découvrant de nouvelles cultures.

quentin

Quentin Genissel

Étudiant à l’EDHEC en troisième année, Quentin est actuellement en préparation pour un Master en entreprenariat. Il partira en mission en Thaïlande pour trois mois lors de l’été 2016 afin de partager son optimisme !

 

victor viel

Victor Viel

Etudiant en Action Humanitaire Internationale à l’Université Paris XII, Victor se destine à défendre l’accès à l’éducation en participant à l’élaboration de programmes d’aide au développement en France et ailleurs dans le monde. Désirant partager sa motivation et son enthousiasme, il partira en mission l’été 2016, en Thaïlande.

yosr

Yosr Dallegi

Yosr, d’origine irano-tunisienne s’est spécialisée en droit de l’Homme et fait de l’égalité son combat principal. Elle a œuvré au sein de diverses associations qui prônent l’égalité pour tous, elle partira en mission de 5 mois en Thaïlande dès juillet 2016.

13010594_10153340716636707_2182620064439284777_n

Réalisations

A l’EM Strasbourg, quelques élèves en Bachelor Affaires Internationales ont décidé de créer un groupe associatif “Thailand’EM” afin de venir en aide aux enfants réfugiés en Thaïlande.

Après avoir organisé un Loto à la Résidence Séniors « Les Chateaux » à Wettolsheim, une Full Moon Party, une tombola, ainsi que de nombreuses ventes de petits déjeuners et repas dans leur école, ils ont réussi à réunir 1394 euros !! Ces fonds sont entièrement destinés à la reconstruction de l’Orphelinat Safe Haven, à Ban Tha Song Yang. Une équipe de HEC Montréal s’y rend d’ailleurs cet été, afin de tout superviser sur le terrain.

em thailnd

 

Alors un grand merci à eux, merci d’avoir mené à bien ce magnifique projet, et merci également à tous ceux qui les ont soutenu pendant ces derniers mois !

Fille Thaïlande

Témoignages

Témoignage de Else, à Safe Haven Learning Center !

photo-else

Après avoir quitté TMK, me voici à Safe Haven Learning Center, à Ban Tha Song Yang.

2 mois au sein d’une famille, une communauté Karen

En temps habituel, Safe Haven Learning Center accueille une quarantaine d’enfants. J’y arrive pendant les vacances d’été (avril et mai) et beaucoup ont rejoint leur famille, en Birmanie. Je suis donc accueillie par Gloria, Christopher, leurs enfants et petits-enfants et quelques enfants qui n’ont pu partir.

Lire la suite sur le blog

Témoignage de Victor

Je m’appelle Victor Viel, j’ai 23 ans, et depuis juillet 2016, je travaille auprès de Thoo Mweh Khee Learning Center (TMK), une école pour migrants installée en Thaïlande, à 5km de la frontière birmane. La structure assiste des jeunes issus de l’ethnie Karen, persécutée par la junte militaire en Birmanie, et dont de nombreux membres sont venu se réfugier en Thaïlande depuis les années 80.

Lire la suite sur le blog

 

Regardez aussi le témoignage vidéo de Yosr

photo-thailande

2017

La missions Thaïlande 2017 est en cours, pour voir ce qui s’y passe, cliquez ici

Celui qui attend bien est celui
qui attend jusqu'au bout.
- Proverbe africain