Guatemala

Guatemala


República de Guatemala

Situation géopolitique actuelle

Le Guatemala est un pays d’Amérique centrale qui est divisé en 22 départements. État unitaire avec un régime présidentiel démocratique , le pays est membre de plusieurs organisations internationales. Le pays conserve son partenariat commercial principal avec les États-unis avec qui il est en étroit relation depuis la fin du XXème siècle.

Le Guatemala coopère avec de nombreux pays d’Amérique centrale pour favoriser la paix, du fait de son évolution constante et stable en faveur de la démocratie. L‘accord de paix de 1996, permet au pays de se relever économiquement, du fait de nombreuses guérillas et guerres civiles. Toutefois le pays ne s’est pas encore totalement rétabli des suites de la guerre civile, si bien que la fracture sociale demeure grande. En Amérique latine, le Guatemala reste le quatrième pays le plus inégalitaire et le neuvième au niveau mondial.  

Depuis 2016, le président du Guatemala est Jimmy Morales du parti Front de convergence nationale.

Tout comme le Mexique, le Guatemala est un pays de transit des migrants dans le contexte des migrations actuelles notamment en provenance du Honduras. Le tourisme est l’un de ses principales sources de revenus, mais aussi les biens manufacturiers, la construction et l’agriculture vivrière. Il faut savoir que dans les zones rurales de taille moyenne, les familles se voient souvent contraintes d’envoyer un ou plusieurs membres dans les fincas ( qui sont de grandes exploitation agricole tel que la United Fruit Company) , où les terres sont des plus fertiles pour faire survivre la communauté.

Le 16 avril 2015, la “Comisión Internacional contra la Impunidad en Guatemala”, (CICIG – Commission internationale contre l’impunité) chargé de la lutte contre le crime organisé et la corruption s’est prononcée. Ainsi des opérations anti-corruption on permit de révéler l’affaire de corruption dite “La Línea”. Une contrebande douanière dans laquelle la vice-présidente du Guatemala  Roxana Baldetti est impliquée. Cette affaire contribuera à déclencher des mouvements citoyens contre la corruption et à la démission de la vice-présidente.

Histoire du pays

Le nom Guatemala a des origines indiennes et c’est la civilisation maya en particulier qui s’est développée dans tout le Guatemala actuel.  Dans les années 1820, le Guatemala obtient son indépendance après une longue période de présence espagnole et est incorporé dans l’empire mexicain. Cette période coloniale, de confrontations, d’annexion, de désunion et de révolution laisse un pays avec une tradition de gouvernement autoritaire et de régimes militaires. Après l’abdiquation d’Agustín I du Mexique, les provinces du Guatemala ont alors pu former “Les Provinces unies d’Amérique Centrale”, également appelées “Federacion de Estados Centroamericanos. Depuis 1945, les guérillas vont se perpétuer par le biais de 6 factions qui s’affrontent.

En 1954, on assiste à un coup d’état, contre Arbenz Guzman, qui était pour l’instauration d’une réforme agraire impliquant des taxes sur les exportations.  Ce n’est qu’à partir de 1985, avec l’accès au pouvoir de Vinizio Cerezo, président démocrate-chrétien, que l’on peut apercevoir un début de stabilisation du régime politique Guatémaltèque. Cependant son successeur donne lieu à un nouveau coup d’état. Bien qu’il est destitué très peu de temps après, la période qui s’ensuit est une période de vide constitutionnelle. Et cela ne permet pas au Guatemala de jouir d’un régime présidentiel stable.  Du moins pas avant le 29 décembre 1996, lors de la signature d’un accord historique de paix qui met fin au conflit et guérillas. Avec la présidence la même année d’Alvaro Arzu, qui font que des élections démocratiques et organisées ont lieu tous les quatre ans.

Focus sur la région concernée

«El valle del Polochic» – Nueva Mercedes

La région connue au Guatemala sous le nom de «El valle del Polochic» (vallée du Polochic) se situe au sud-est du pays, et Polochic est la rivière qui traverse les montagnes de la région avant de se déverser  dans le lac Izabal, plus grand lac du Guatemala. Au sein de la région on retrouve le département d’Alta Verapaz que comporte cinq municipalité et des villages dont celui de Nueva Mercedes où le niveau de vie est très bas, avec un approvisionnement en eau courante et en électricité qui est peu développé. Alta Verapaz est l’une des régions les moins développées du Guatemala, et qui peut être comparée au niveau de développement de l’Afrique subsaharienne. Avec un faible niveau d’éducation, l’accès à la santé est extrêmement faible et les revenus inégaux. Au sein de la région environ 95% des habitants sont des Q’eqchi, qui sont des indigènes représentant la deuxième communauté maya du pays.

La United Fruit Company n’a pas pu s’établir dans la région en raison du risque élevé de paludisme dans les années 50, qui a été très réduit jusqu’à aujourd’hui. La région a également connu la période de guerres civiles guatémaltèques dans les 1960-1990, et des massacres ont été perpétrés par les militaires dans la vallée.

Culture et tradition

Alimentation : Globalement les plats ne sont pas épicés et on sert à part le le chile. Un des plats le plus répandu reste le  kak’ik, qui est un pilon de dinde servi au milieu d’une soupe. Au  petit déjeuner le “chapín” est à l’honneur, une spécialité typique du pays, qui comporte des œufs, une purée d’haricots, du fromage, des bananes frites et du café.

Religion : Les religions sont très présente au Guatemala en termes de nombre de croyants. Avec une certaine diversité, néanmoins le catholicisme demeure la religion officielle durant la période coloniale. Or le protestantisme va peu à peu se développer depuis ces dernières décennies, et plus d’un tiers de guatémaltèques sont alors protestants, évangélistes et pentecôtistes.

Usage vestimentaire : Le style vestimentaire est généralement décontracté mais soigné; hommes et femmes portent des pantalons et jeans.

Tradition : Un évènement très important est à retenir au Guatemala, c’est la Semaine Sainte, durant laquelle on peut assister à des processions à la mi-avril. De plus el Dia de los muertos (le jour des morts) est une tradition célébrée chaque 2 novembre. La Fête du Palo Volador (mât/piquet volant) à Chichicastenango est également un évènement réunissant toutes les communautés indigènes autour d’un spectacle  en décembre. Aussi l’élection de la Reine indigène « Rabin Ajau » a lieu tous les ans à Cobán et c’est l’évènement le plus important pour les communautés indigènes réunies. Les jeunes filles de 14 à 20 ans défilent alors avec leurs plus beaux costumes traditionnels.

Conditions de vie

Climat : Le Guatemala se situe dans les tropiques et plus de 4000 mètres d’altitude, c’est pourquoi il connaît une certaine diversité climatique. La température varie en fonction de l’altitude de la région d’environ 16° à 27° celsius en moyenne.  Le pays connaît une saison des pluies de juin à octobre. Les très forte précipitations ont lieu aux altitudes les plus élevées. Mais aussi une saison sèche de novembre à avril et l’humidité est très faible, et les températures douces.

Langue : L’espagnol est la langue officielle parlée par environ  69 % de la population. Il y a également environ 55 langues autochtones parmi lesquelles on retrouve vingt-trois langues mayas qui sont officiellement reconnues.

Décalage horaire : le Guatemala est positionné dans le fuseau horaire  UTC-6. Par rapport à la France qui observe une heure d’été, il faut prévoir un décalage horaire qui change dans l’année.  Par exemple un 16h en France correspond à un 9h au Guatemala.

Informations pratiques  

Visa : Le passeport doit être valide 6 mois après la date du retour. Aucun visa d’entrée n’est requis pour des séjours inférieurs à trois mois.

En cas de transit par les États-Unis, il faut prévoir une autorisation de voyage électronique (ESTA), dont le formulaire est à compléter en ligne.

Vaccins : vaccination contre la fièvre jaune est exigée à l’entrée du pays pour les voyageurs en provenance de pays où elle est endémique. Aucune autre vaccination n’est obligatoire mais recommandées. Dont la mise à jour des vaccins suivants : diphtérie-tétanos-poliomyélite (DTP), antituberculeuse, la fièvre typhoïde, la méningite et les hépatites virales A et B. En cas de séjours ruraux ou prolongés, il est nécessaire de se vacciner contre la rage. Conseils de santé avec l’infection au virus Zika.

La monnaie officielle guatémaltèque est le Quetzal (pluriel Quetzales), divisé en centavos.

1€ correspond à environ 8,73 Qtz  [dernière MAJ 05/03/2019].

Année scolaire : Elle débute la première semaine de janvier pour se terminer la dernière semaine d’octobre, avec des vacances scolaires entre novembre et décembre.

 

Pour toute d’informations relative à l’état de sécurité actuelle du Pays se référer aux sites France Diplomatie et Ariane

 

SOURCES

Oscar H. Horst, Thomas P. Anderson, William J. Griffith, Charles L. Stansifer

https://www.britannica.com/place/Guatemala

http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMPays?codePays=GTM

http://lichutam.org/fr/where-we-are/

https://lesglobeblogueurs.com/coban-festival-de-la-rabin-ajau-reines-indigenes-et-danses-folkloriques/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *