Panama

Panama


Republica de Panama

 

Situation géopolitique actuelle

Le Panama figure parmi les plus grandes puissances économiques d’Amérique centrale. Pourtant les ethnies indigènes qui habitent dans les zones rurales ont un très grand décalage comparé au reste du pays. Économiquement, le canal de Panama, tant convoité par le passé reste aujourd’hui l’un des principales sources de revenus pour le gouvernement. Le pays se concentre sur trois secteurs d’activités principaux: l’agriculture, l’industrie et les services. Ses principaux partenaires commerciaux demeurent les États-Unis, la Chine et l’Union européenne. Bien que sa balance commerciale est déficitaire, le pays reste l’un des plus stable de la région.

Au niveau politique, il s’agit d’une République de type monocamérale avec une seule assemblée nationale. Aujourd’hui le Panama est présidé par Juan Carlos Varela (parti panaméen) depuis 2014. Le pays a pour particularité d’avoir renoncé à une armée puissante au profit de la protection de l’environnement sur son territoire. Il possède de très nombreux parcs nationaux et est membre de plusieurs organisations internationales (ONU, OEA et OMC).  Depuis quatre ans, le projet de construction du barrage hydraulique Barro-Blanco sur la rivière Tabasara soulève des tensions entre les indigènes de la région de Chiriqui, les Ngöbe-Buglé, et l’entreprise hondurienne ainsi que deux banques européennes en charge du projet.

Histoire du pays

Le Panama était l’une des première colonie espagnol du Pacifique, il compte plusieurs peuples amérindiens tel que les Guaymi, les Kuna et les Choco. Ces peuples autochtones et sédentaires, auparavant chasseurs, sont devenus de véritable agriculteurs au fil du temps. Entre 600 000 et 1 million de personnes vivaient dans la région et depuis différentes tribus coexistent. Régi par l’empire espagnol tout au long de la période coloniale, entre 1538 et 1821, le pays fut incorporé à “la Grande Colombie” et de nombreux esclaves africains se sont alors retrouvés sur le territoire.

Le Panama a connu des guerres d’indépendances qui permettent de mettre fin à cette période coloniale. Notamment par le biais du général José Domingo Espinar, qui avait déclaré l’indépendance de son département en 1830. Puis d’autres généraux lui ont succédé, en conservant néanmoins un modèle dictatorial militaire. Ce n’est qu’au début du XIXème siècle, suite à la guerre des mille jours en Colombie que les séparatistes panaméens s’affirment. Le Panama se déclare alors indépendant de la Colombie avec le soutien des troupes américaines. Ainsi le traité Victoria-Vélez voit le jour et permet de délimiter les frontières terrestres du pays.

Le Canal de Panama reliant l’Océan pacifique et l’Océan atlantique est inauguré en 1914, permettant au pays de se positionner parmi les centres de transport maritime les plus stratégiques dans le monde. Sous contrôle américain en guise de soutien lors de l’indépendance, le Canal de Panama deviendra zone neutre appartenant exclusivement au Panama en 1977. A la suite de plusieurs manifestations et de négociations, les accords Torrijos-Carter formalisent le retrait américain, permettant au Panama de vendre la production d’électricité du canal. Depuis le début du XXème siècle jusqu’à aujourd’hui, le Panama voit se succéder diverses familles politiques, et est reconnu comme une république unitaire, démocratique et représentative.  

Focus sur la région concernée

       Ngöble-Buglé  – Silico Creek – Panamá

Etant une république au pouvoir décentralisé,le Panama compte 9 provinces avec un territoire autonome, dirigées par des gouverneurs nommés par le chef d’État. Au large de la côte caribéenne, dans le nord du pays, Ngöbole-Buglé est une comarque (division territoriale, culturelle, économique ou administrative) située en zone rurale.  La comarque divisée en 7 district a été créée en 1997, et la plupart des habitants sont des Guaymis, avec un sentiment d’appartenance identitaire très fort. Dans le district de Jirondai on retrouve Silico Creek au terrain montagneux. La comarque Ngöble-Buglé a adoptée son propre drapeau qui a été déployé pour la première fois le 6 mars 2013.

Culture et traditions

Religion: le Panama est un pays dans lequel la liberté de culte existe. Bien que la plupart des panaméens soit catholiques, il existe une minorité protestante et une diversité religieuse.

Alimentation: Principalement à base de riz, haricots, poulet et autre légumes.

Usages vestimentaires : Dans la région, les femmes portent la tenue traditionnelle: une robe (nagua)  très colorée, ornée au niveau des épaules et brodée de bandes à la taille et en bas. Tandis que les hommes guaymis vont porter des pantalons multicolores, chapeaux de paille et bottes en caoutchouc faite maison.

Conditions de vie

Langue :  La langue principale est l’espagnole toutefois l’anglais est aussi très répandu tout comme d’autres langues amérindiennes.

Climat : De type tropical, avec une saison des pluies/verte et une saison sèche. La saison des pluies/verte s’étale de mai à novembre/décembre, et la saison sèche de janvier à avril.

Décalage horaire :  le Panama est positionné dans le fuseau horaire  UTC-5. Par rapport à la France qui observe une heure d’été, il faut prévoir un décalage horaire qui change dans l’année. Par exemple un 16h en France correspond à un 10h au Panama.

Infos pratiques 

Visa : Un passeport valable au moins 6 mois après la date de fin de séjour prévue est nécessaire. Les ressortissants français sont dispensés de visa pour les séjours qui sont inférieurs à 90 jours. En revanche dès leur entrée sur le territoire panaméen, ils doivent être en mesure de présenter leur billet d’avion de retour dans leur pays d’origine. [Source France Diplomatie]

En cas de transit par les États-Unis, il faut prévoir une autorisation de voyage électronique (ESTA), dont le formulaire est à compléter en ligne. 

Vaccins : Des vaccins sont conseillés pour voyager au Panama, notamment : Fièvre jaune et antiamarile, diphtérie-tétanos-poliomyélite, typhoïde, hépatites virales A et B.  Si le séjour se déroule près des frontières avec le Costa Rica ou la Colombie ou bien sur la zone côtière de San Blas, il est conseillé de prévoir un traitement antipaludique.

La monnaie officielle panaméenne est le Balboa, la devise a été introduite en 1904 pour remplacer le pesos colombien. 1 balboa correspond à environ 0,88 € [dernière MAJ 25/02/2019].

Pour toute d’information relative à l’état de sécurité actuelle du Pays, se référer aux sites France Diplomatie et Ariane

Édition 24/04/2019

SOURCES

 

Jean-Herman Guay, Ph.D.“Panama politique histoire”, Perspective Monde, Université de Sherbrooke http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMPays?codePays=PAN

Gustavo Anguizola, Burton L. Gordon, Richard L. Millett « Panama | History, Geography, Facts, & Points of Interest », Encyclopedia Britannica, https://www.britannica.com/place/Panama

« Ambassade du Panama en France – Embajada de Panamá en Francia », http://ambassadedupanama.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *