Étude d’impact social – Cooperativa Solary/ Nirien Waire – Panama

Étude d’impact social – Cooperativa Solary/ Nirien Waire – Panama


Barthélémy Canson, volontaire au Panama a réalisé une étude d’impact social qui nous permet de visualiser les 5 ans d’activités du programme de microfinance Nirien Waire. Ce programme, initié en 2013 et basé dans le village de Silico Creek à l’ouest du pays, est le fruit d’une collaboration étroite entre la coopérative locale SOLARY et notre association AIME.

Un entrepreneur accompagné d’une volontaire en mars 2018 lors de la lecture de son contrat de micro-crédit.

 

Objectifs du programme : accorder des micro-crédits adaptés au besoin des entrepreneurs issus de la population indigène Ngäbe, aujourd’hui encore exclue des canaux de financement traditionnels panaméens.

Au total depuis le lancement du programme en 2013, le chiffre s’élève à 173 000$ de prêts accordés.

 

Un entrepreneur de la coopérative qui tient sa comptabilité.

Quelques chiffres sur la situation monétaire sur place  : En 2018, 45% des entrepreneurs financés étaient dans une situation monétaire dite vulnérable, c’est-à-dire, vivant avec 106.74$ à 320.22$ par personne et par mois. Mais plus alarmant encore, la part d’entrepreneurs en situation de pauvreté (vivant avec moins de 106.74$ par personne et par mois) ou d’extrême pauvreté (vivant avec moins de 59.23$ par personne et par mois) représente un total additionné de 38%. Un chiffre plus élevé que le niveau de pauvreté national qui est de 30.5%. Cela illustre les inégalités en matière de développement dans le pays et particulièrement les conditions de vie difficiles des populations indigènes en comparaison au reste de la population.

Le magasin de Juana et son nouveau frigo acheté grâce au micro prêt.

Après 5 ans d’activité, l’heure est au premier bilan : 81% des entrepreneurs clients du programme déclarent que ce dernier a eu une influence positive sur leur niveau de vie, en contribuant notamment à augmenter les revenus du foyer, à supporter les frais de scolarisation des enfants ou encore à faciliter l’accès aux soins de santé. Des résultats qui confortent les objectifs de développement initiaux du programme Nirien Waire et rendent légitime sa présence dans la comarca Ngäbe, d’autant plus que 77% des entrepreneurs déclarent que ça a été l’unique moyen pour eux de percevoir un crédit.

Un tailleur financé par le programme Nirien Waire.

L’exclusion financière des populations indigènes est un frein à leur développement et génère des inégalités. Leur besoin de financement est réel et faute de moyens, leurs initiatives entrepreneuriales sont limitées. La microfinance au travers de programmes tels que NW peuvent être une réponse alternative et efficace à cette défaillance.

[Traduction Mounia]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *