Gladys: « Ce fut intense mais tellement incroyable d’avoir été leur enseignante, une dose d’amour et de rire chaque jour »

Gladys: « Ce fut intense mais tellement incroyable d’avoir été leur enseignante, une dose d’amour et de rire chaque jour »


Bonjour à toutes et à tous,

Je m’appelle Gladys, j’ai 19 ans et je suis partie 9 mois à Phaung Daw Oo au Myanmar (Birmanie)
dans le cadre d’un service civique en tant que professeur. Le jour où on m’a annoncé que je devais
être au Myanmar à la fin du mois, je n’aurais jamais pensé que l’expérience que j’allais vivre allait
être autant bouleversante et incroyable à la fois.

Phaung Daw Oo est une école monastique située à Mandalay, elle accueille 10 000 étudiants de
toutes les ethnies de la maternelle à l’université et 500 professeurs. L’école est divisée en plusieurs
programmes dont chacun à sa spécificité et sa façon d’enseigner. J’ai enseigné principalement au
programme Fast Track qui enseigne toutes les matières en anglais de la maternelle au Grade 8.

À Paris j’ai fait la rencontre de ma roommate, nous sommes arrivées à l’école ensemble. Le premier
contact avec l’école fut alors plus simple car je me suis sentie soutenue même si ce fut plutôt
dépaysant. Les étudiants nous ont tout de suite bien accueillies, ont été très avenants et curieux de
faire notre connaissance. Dans l’école les étudiants et les professeurs portent le même uniforme (un
haut blanc et un bas vert). Je me suis tout de suite sentie appartenir à un groupe et respectée en tant
que professeur.

Leçons sur les couleurs avec ma classe de maternelle

Pour le 3ème mois, j’ai pris la décision d’enseigner seule auprès des deux classes de maternelle et
deux classes de CP du programme Fast Track en tant que prof d’anglais et de mathématiques. Mon
service civique a pris un grand tournant à ce moment là, ce fut intense mais tellement incroyable
d’avoir été leur enseignante, une dose d’amour et de rire chaque jour. Ces petits êtres furent une
vraie leçon de vie et de joie. Je suis très fière d’avoir pu les accompagner dans leur évolution et leur épanouissement.

Être professeur n’a pas été toujours simple, ça demande parfois beaucoup de remise en question et
de persévérance pour donner le meilleur de soi même pour ces élèves. On se sent des fois un peu
perdu sur les sujets abordés, comment gérer une classe de 33 petits êtres biens déchaînés puis le
manque de matériel pour proposer des activités peut parfois poser problème. Cependant, petit à petit
on prend ses marques et cela devient plus facile et on sait réajuster nos cours en fonction des
niveaux de chaque classe et des étudiants.

Le manque de confort peut parfois faire peur avant de partir, le fait de partager une chambre avec
une colocataire, coupure d’électricité et d’eau, la chaleur… Mais à coté de ce que j’ai vécu le confort
m’a semblé quelque chose de complètement superficiel et j’ai réussi à y faire abstraction alors oui il
y a des moments où on rêve d’un bon lit, de l’eau bien chaude puis on se rappelle de l’expérience qu’on
vit et la chance qu’on a d’être là alors on oublie vite. Puis partager ces 9 mois en colocation avec ma
roommate restera parmi les moments les plus forts de mon service civique.

Leçons de mathématiques, classe de maternelle

Durant ma mission, j’ai eu la chance d’être entourée de 5 français, envoyés aussi par AIME. Ce fut
un vrai soutien de pouvoir partager une aventure aussi folle et enrichissante auprès d’eux. Nous
avons partagés des moments forts en émotion et en aventure et créé un vrai lien. Ils ont rendu cette
expérience magnifique. Ce fut une vrai famille durant ces 9 mois.

Pendant la mission et depuis mon retour mon entourage me demande souvent comment c’était, si ça
m’a plu, comment c’était la vie là-bas. Ces 9 mois on été bouleversants, saisissants, merveilleux,
inexplicable mais à la fois si faciles comme si j’avais toujours vécu dans ce pays, dans cette école
avec mes étudiants et les Français. Je me suis toujours sentie chez moi, où que j’allais les Birmans
m’ont accueilli les bras ouverts, heureux de partager un bout de leur culture, de leur vie.

Ce service civique fut une vraie bouffée d’air frais dans ma vie, je me sens transformée, grandie,
apaisée et prête à affronter la suite. Je rentre heureuse et fière de mon parcours et reconnaissante
d’avoir eu la chance de partir au Myanmar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *