WhatsApp Image 2023 08 30 a 12.05.08

Moi c’est Naël, j’ai 23 ans et c’est aujourd’hui la fin de ma mission en Service Civique auprès de J’accueille.

J’ai eu le pressentiment avant même d’être officiellement pris pour cette mission que l’expérience allait être très enrichissante. J’ai eu un déclic lors de mon premier entretien, lorsque les deux animateurs du programme « J’accueille » (qui allaient devenir par la suite mes encadrants), m’ont fait visiter les locaux de Kiwanda. Ces locaux réunissent plusieurs associations qui cohabitent entre elles et l’esprit de camaraderie, d’entraide et de bienveillance s’est directement fait ressentir. J’ai pu côtoyer toutes les structures et en apprendre plus sur chaque individu au fil du temps.

WhatsApp Image 2023 08 29 a 12.06.39
Une partie de l’équipe J’accueille Paris avec Nilou, Sarah (également volontaire en Service Civique), Naël et Med.

Mes missions étaient diversifiées et auprès de l’association j’ai pu être un appui aux activités de soutien et d’accompagnement proposées à des personnes réfugiées. J’ai aidé à mettre en relation des particuliers souhaitant mettre à disposition leur chambre avec des personnes bénéficiant d’une protection internationale. J’ai pu organiser des rencontres physiques avec les potentiels accueillants et accueillis, informer sur le programme, soutenir l’accompagnement à la mise en œuvre des projets des personnes accueillies. J’effectuais ensuite un suivi téléphonique régulier de ces personnes pour palier aux éventuels problèmes ou tout simplement pour écouter le bon déroulement de ces cohabitations. J’ai pu aussi entrevoir les rouages de la communication et c’est un point fort de ce service civique car j’ai pu voguer entre les différentes professions qui font qu’une association comme J’accueille peut exister. Aider pour créer les supports de communication et de plaidoyer visant à faire connaître l’association et sensibiliser l’opinion publique était très intéressant et stimulant. J’ai compris l’impact que cela peut avoir et le travail qu’il est nécessaire de fournir derrière pour attiser la curiosité du public par rapport à une thématique pur laquelle il faut, pour moi, être aujourd’hui sensibilisé. J’ai ainsi mieux compris la crise de l’accueil des étrangers primo-arrivants et la nécessité d’œuvrer dans ce domaine.

Ce service civique m’a permis de développer des compétences organisationnelles. L’autonomie et la confiance de mes tuteurs m’ont fait me libérer des carcans professionnels habituels. J’ai pu m’organiser en fonction de ce que je considérais comme prioritaire et je ne me suis jamais senti débordé.

erctvbh
Lors d’un événement co-organisé par SINGA et J’accueille à la Gaité Lyrique à l’occasion de la « Refugee Week » (juin 2023).

Étudiant en Master de droit international au moment du service civique, j’ai pu mettre en pratique certaines notions que j’avais acquises au cours de mes études, notamment en ce qui concerne le droit des réfugiés/droits des étrangers, mais aussi concernant la réalité de terrain en lien avec l’accueil des nouveaux arrivants. J’ai pu échanger en anglais, ce qui fut rare pendant ma scolarité. Ces échanges m’ont prouvé que j’étais capable de m’exprimer sérieusement sans avoir honte.

J’ai aussi développé une forme de communication interculturelle. C’est-à-dire que j’ai pu échanger avec des personnes dite « locales » et d’autres personnes « étrangères » à la culture française et j’ai modifié mes a priori concernant la mentalité française et celle des nouveaux arrivants.

J’ai aimé le travail collectif de l’association, mais aussi le fait de pouvoir travailler seul. C’était gratifiant de voir que ma petite personne et mon travail avait une utilité, que j’ai pu aider des personnes en difficulté, voire même en détresse.

Je suis fière d’avoir dépassé mes peurs, de m’être lancé dans une aventure qui m’ouvre aujourd’hui des portes. Je suis heureux d’avoir rencontré toutes les personnes qui travaillent pour ce projet et celles qui en bénéficient. Je suis ému de quitter ce lieu qui est une maison pour beaucoup de gens.

fvgbhj

Je témoigne aujourd’hui pour dire à ceux qui hésitent à faire un service civique que c’est une expérience qui permet de prendre le temps de réfléchir à l’après. J’ai pu aider pendant cette mission, mais cela m’a aussi beaucoup enrichi. Je n’ai jamais été coincé et j’ai toujours eu la possibilité de respirer lorsque la mission aurait pu devenir fatigante. Je me suis senti utile et valorisé.

Il faut oser pour comprendre l’envers du décor de certaines professions. Un service civique est mieux rémunéré qu’un stage, plus accessible, plus inclusif, le but n’est pas d’imposer une domination hiérarchique mais bien de faire découvrir au volontaire l’aspect de tel ou tel métier

Je remercie sincèrement tous ceux que j’ai rencontré. Bon vent aux belles âmes qui font vivre AIME, J’accueille et SINGA et qui m’ont fait vivre une expérience qui restera gravé en moi.