Khemara, organisation cambodgienne pour les femmes et les enfants

Fondée en 1991, Khemara est la plus ancienne ONG cambodgienne encore en activité.

Depuis maintenant 33 ans, cette petite organisation de taille humaine mène son grand combat pour le droit et l’empowerment des populations vulnérables, en particulier les femmes et les enfants, pour qu’ils puissent participer pleinement au développement social, équitable et durable du pays. 

Parmi ses grands projets pour 2024, l’ONG Khemara est particulièrement fière de continuer son action pour les enfants non scolarisés de la province de Tbong Khmum, où réside l’une des plus pauvres minorités ethniques et religieuses du Cambodge : les Chams.

Alors que la population ethnolinguistique khmère représente environ 90 pour cent des habitants du pays, plusieurs groupes minoritaires de différentes ethnies, traditions et religions vivent également dans le pays. Parmi eux, la minorité musulmane Cham représente 1 à 2 pour cent de la population. Aujourd’hui, la plupart des membres de cette minorité religieuse vivent dans des villages pauvres et souvent isolés, dans les provinces de Tboung Khmum, Batdambang, Kampong Thum, Kampong Cham et Pouthisat. Les Cham ont leurs propres traditions et croyances mais aussi leur propre langue.

2024 PhotosAnaelle Article1

Enfants issus de minorités, particulièrement à risques de décrochage scolaire
ou redoublement

Au Cambodge, un défi persiste : les taux de décrochage scolaire et de redoublement dans les premières années en école primaire et au collège sont élevés tandis que les taux d’inscription sont particulièrement bas. Ce sont chez les enfants des groupes vulnérables, en particulier ceux des minorités ethniques, que les taux de décrochage scolaire sont les plus importants.

2024 PhotosAnaelle Article2

Le nombre élevé d’enfants non scolarisés est étroitement lié à plusieurs facteurs : 

  • l’accès inégal à l’école, 
  • les coûts informels pour les familles, 
  • la migration interne des familles pour cause professionnelle
  • l’absence de formation professionnelle et de programmes de rattrapage, ou de seconde chance.

Mais, pour les enfants issus de minorités ethniques, de nouveaux défis s’ajoutent. Les taux de décrochage scolaire au sein de ces groupes vulnérables s’expliquent aussi par la barrière de la langue. Au sein de ces groupes vulnérables, les enfants sont confrontés à plusieurs difficultés ; ils sont plus susceptibles de souffrir de la pauvreté, de l’inégalité entre les sexes, du handicap et de vivre en zones rurales isolées. 

De tels obstacles poussent un grand nombre de ces enfants à abandonner l’école. Cependant, une fois adulte, lorsqu’ils cherchent un emploi, beaucoup peinent à trouver un emploi décent car il n’ont pas pu obtenir les qualifications et compétences académiques requises, les condamnant ainsi à de faibles revenus.

2024 PhotosAnaelle Article7

L’éducation multilingue, une solution pour faciliter l’intégration scolaire des enfants Cham 

Le “Consortium Cambodgien pour les Enfants Non-Scolarisés” est un projet collaboratif entre Khemara et Action Education (AE), financé par Educate A Child et mis en œuvre par AE. L’objectif principal du projet est d’aider les enfants marginalisés et non scolarisés à avoir accès à une éducation primaire équitable, de qualité et pertinente. Khemara implémente le projet dans la région de Tbong Khmum, œuvrant pour éliminer les obstacles économiques et linguistiques afin de faciliter l’accès à l’école pour les enfants non scolarisés.

L’une des principales raisons derrière le nombre élevé d’enfants non scolarisés dans les communautés Cham est la barrière de la langue. 

La langue cham est considérée comme « vigoureuse »  selon l’échelle EGID (Expanded Grade Intergenerational Disruption). Cela signifie que c’est une langue utilisée couramment pour la communication orale et écrite par toutes les générations et que sa situation est durable. 

2024 PhotosAnaelle Article3

Lorsqu’ils s’inscrivent dans des écoles publiques cambodgiennes, les enfants parlant cham se trouvent confrontés à des difficultés pour s’adapter aux programmes d’études khmers.

Pour s’assurer que ces élèves puissent transitionner avec succès vers curriculum exclusivement enseigné en langue khmère, enseignants Khmer et assistants-enseignants Cham travaillent ensemble pour créer du matériel d’apprentissage dans les classes et les utiliser pour faciliter l’éducation des enfants. 

« Les probabilités de faible rendement en lecture et en mathématiques chez les élèves qui parlent une langue minoritaire à la maison sont plus de deux fois plus élevées que chez les élèves qui parlent le khmer à la maison. » SITAN, UNICEF Cambodia, 2023

Ainsi, mettre en place ce programme multilingue est, pour Khemara, le moyen de garantir que les étudiants Cham sont en mesure d’acquérir les connaissances beaucoup plus rapidement et que leur taux de participation et d’assiduité à l’école reste élevé au fil des ans.

2024 PhotosAnaelle Article8

L’éducation multilingue constitue un outil efficace pour adapter l’éducation aux enfants qui parlent une langue minoritaire. Le projet de Khemara s’aligne avec les objectifs du Plan d’action national pour l’éducation multilingue 2019-2023 du Ministère de l’Education cambodgien qui visent à encourager la scolarisation des enfants issus de minorités, réduire les taux de décrochage scolaire causés par les barrières linguistiques mais surtout garantir un accès équitable pour tous aux services d’éducation, améliorer la qualité et la pertinence de l’apprentissage, et fournir des services d’éducation efficaces et flexibles.

Au delà d’un programme multilingue, permettre un accès à l’éducation pour tous

L’objectif de Khemara est d’encourager et d’accroître l’accès et la participation à une éducation de qualité pour les enfants des populations rurales via des programmes de sensibilisation et de rattrapage, et de la minorité religieuse Cham, via une transition linguistique. 

La fin de l’année 2023 a été marquée par une expansion du projet de Khemara de 15 à 30 écoles. Parmi ces 30 écoles bénéficiaires du projet, 11 écoles offrent un cursus multilingue pour, au total, 12 classes de CP. En collaboration avec le Ministère de l’Éducation, Khemara a organisé la formation d’assistants-enseignants Cham qui ont ensuite été embauchés avec succès pour travailler au sein des 12 classes multilingues. Ces assistants-enseignants sont des acteurs clés pour assurer la transition progressive et efficace de la langue Cham à la langue khmère, afin que les enfants Cham puissent atteindre rapidement le même niveau que les autres élèves. Au cours du premier semestre 2023, Khemara a accueilli l’inscription de 334 étudiants Cham et l’organisation prévoit une augmentation de ces chiffres pour 2024.

2024 PhotosAnaelle Article6

Dans les 30 écoles bénéficiant du projet, des classes de rattrapage sont mises en place par Khemara, conçues avec les directeurs d’écoles, enseignées par les professeurs des écoles et ajustées pour mieux s’adapter aux horaires des enfants et aux pratiques religieuses Cham. Tout enfant ayant des difficultés d’apprentissage bénéficie ainsi d’un soutien éducatif spécial, pour éviter le décrochage scolaire mais aussi pour prévenir les redoublements. Au cours de l’année scolaire 2022-2023, 763 élèves ont pu accéder à ces classes de rattrapage, dont 434 des enfants auparavant non-scolarisés et nouvellement inscrits.

2024 PhotosAnaelle Article9

Enfin, Khemara s’engage pour éliminer chacun des obstacles empêchant l’accès des enfants à l’école, qu’ils soient linguistiques, financiers ou géographiques. Pour répondre à ces nombreux défis, Khemara fournit un soutien matériel aux enfants, sous forme de fournitures scolaires et de moyens de transport.  Au premier semestre 2023, 484 enfants ont pu bénéficier d’un soutien en nature tandis que 50 nouveaux inscrits ont reçu des bourses sous forme de vélos d’une valeur de 50$, facilitant ainsi leur accès aux écoles. Avec l’extension de notre projet à 15 nouvelles écoles en décembre 2023, Khemara est également en mesure de fournir aux 375 élèves nouvellement inscrits un soutien en nature de 11 $ chacun, comprenant du matériel scolaire tel qu’un cartable, des vêtements, des livres et des stylos.

Quel futur pour l’action ?

Au fil des prochaines années, Khemara compte continuer à mettre en œuvre le projet du Consortium pour les enfants non scolarisés. C’est un projet auquel la directrice de l’organisation tient particulièrement, qui continue de grandir, et dont l’on peut déjà apercevoir les rendus positifs en analysant les résultats scolaires et la participation active des enfants. 

Donner aux enfants les moyens de s’autonomiser en leur garantissant l’accès à des services éducatifs adaptés et de qualité est l’une des lignes directives de Khemara qui s’aligne parfaitement avec l’objectif de l’association : permettre à tous, même aux plus isolés et vulnérables, de reconnaître leur droits et affirmer leur potentiel afin de pouvoir participer pleinement au développement social du pays.

Article écrit par Anaëlle Andrier, le 12 janvier 2024 à Phnom Penh, Cambodge.